Recherche et éthique

0,00

J’ai essayé de montrer au cours d’une “clinic” tenue au Sofitel Roissy à l’occasion du meeting du 8 juillet, que l’apport historique de la recherche dans la performance sportive reste faible, si l’on excepte le champ méphitique du dopage. Une cellule de recherche comme celle qu’a mis en place le Team Lagardère gagnerait à s’assurer de la présence à ses côtés d’un Comité d’éthique.

L’évolution du sport, à 50 ans de distance, a été telle qu’il est devenu méconnaissable. Si la façon de courir n’a pas changé (il n’en est pas de même pour les records), en revanche on ne saute plus du tout en hauteur, à la perche, on ne lance plus du tout le poids ou le javelot comme après la deuxième guerre mondiale, et dans toutes les autres épreuves de concours, les différences sont significatives. Les autres sports, natation, gymnastique, sont méconnaissables. Les styles, les méthodes d’entraînement, ont connu des remises en cause si profondes qu’on peut parler, à leur sujet, de révolution. De là à imaginer qu’une science, que des recherches ont changé le sport, il n’y a qu’un pas…

Description

Extrait du numéro 185 – Année 2007

Par Erio LAHMY

 

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Recherche et éthique”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *