Mondiaux 2003 : Pour nous, Paris restera toujours : PARI RÉUSSI ! - AEFA
http://www.aefathle.org/img/p/5/0/5/505-thickbox_default.jpg Zoom

Mondiaux 2003 : Pour nous, Paris restera toujours : PARI RÉUSSI !

Octobre 2003-N°171

Compte rendu et analyse par spécialité des championnats du monde d'athlétisme organisés en 2003 à Paris.

En savoir plus

e-article

0,50 €

L’entreprise était ardue -à la hauteur de la ville la plus célèbre du monde- mais aussi de la démesure que nous vivons maintenant dans toutes les manifestations sportives planétaires.
Nous pouvons être fiers de dire : Pari réussi.
> Pour la préparation de l’événement où tous les organismes sportifs, les collectivités nationales et territoriales, les grands
partenaires sans qui nous n’aurions pu honorer l’exigence financière de l’entreprise.
> Pour la mobilisation d’une multitude de bénévoles dont le moindre maillon avait une importance capitale.
> Pour l’organisation technique et le bon déroulement du Championnat.
> Pour la performance exceptionnelle de notre équipe de France.
> Pour la couverture remarquable des compétitions par les radios et les chaînes de télévision.
> Pour le grand vainqueur qu’on ne remerciera
jamais assez : le Public.
Bien sûr, il y eut quelques imperfections. Il y eut un peu de “grand guignol” dans les jeux athlétiques, quelques tâches sombres, aussi, que l’on voit surgir aujourd’hui et qui, si elles assombrissent l’idéal sportif, démontrent toutefois que tout a été fait pour
que l’athlétisme fasse le “ménage” d’une façon beaucoup plus rigoureuse que certains autres sports de qui nous n’avons pas de leçons à recevoir à ce sujet !
Pour nous Français, chacun y a trouvé son compte, à commencer bien sûr, par notre équipe nationale, à qui nous souhaitons le
même dynamisme et la même envie lors des prochains rendez-vous. Mais les entraîneurs ont pu redresser la tête, alors qu’on a tendance à penser que la vérité vient toujours d’ailleurs…
Le travail mis en place depuis plusieurs années par la Fédération (avec les opérations “mille minimes”, les stages, le suivi des
juniors qui approchent maintenant du sommet de leur art), démontre qu’il n’y a pas de “génération spontanée” mais qu’une
application rigoureuse des grandes décisions finit toujours par payer.
Une nouvelle terre est défrichée, de nouvelles graines vont essayer de trouver, dans l’initiation à notre sport, toutes les vertus de la pratique de l’athlétisme. A nous de savoir accueillir, intéresser, former et préparer à de futurs exploits ceux qui deviendront peut-être les Champions de 2012.

Henri LEGLISE président de l'AEFA